Brezhoneg Bro-Vear

Div siklezon

Deux blagues racontées par Lucien Minous.

Al louarn hag ar c'hazh

Evel gwechall gant kontadennoù ar reoù gozh kwa, e veze komzet deus al louarn ha neuze ar c'hazh, ur wech ul louarn a oa o kontañ 'na seizh ard ha seizh-ugent, a lâre n'onn sort, ar c'hazh 'na ket nemet daou, met al louarn 'na tapet ar c'hazh ha 'na lâret ar c'hazh dezhañ « xxx (?) emezañ, c'hwi 'peus emezañ, n'onn ket pegement emezañ, seizh ard ha seizh-ugent », se a rae cent quarante n'onn ket petra hag eu… egile 'na ket nemet daou, met ur wezenn a oa e-kichen hag ar c'hazh a oa aet war ar wezenn, pa oa arri e-krec'h neuze e oa komañset d'ober e varv ha 'na lâ… ha 'na ezhomm al louarn da welet an eilvet, an eilvet, ar c'hazh pa oa arri e-krec'h 'na lâret « amzer 'peus emezañ da c'hortoz ac'hanon da diskwel anezhi (deoc'h ?) », 'na tapet goude egile 'na bern trukoù ha tout tout tout a oare ober ha tout, dizreiñ, ha bepred 'na tapet ar c'hazh anezhañ.

[wɛl gwe'ʒɑl gɑ̃n ˌhɔ̃nta'deno ʁew'go:s kwa viʒe 'kɔ̃mzə dəz 'lu:aʁn a 'nœ:he ə hɑ:z ə weʃ ə 'lu:aʁn wa 'kɔ̃ntɑ̃ na ˌsɛjzɑrtasɛj'zy:gən 'lɑ:ʁe nɔ̃m sɔʁt hɑ:z na kə mɛ do̞w mɛ 'lu:aʁn na 'tɑpə hɑ:s a na 'lɑ:ʁə hɑ:s teɑ̃ ? meɑ̃ hwi pœs meɑ̃ nɔ̃ kə pe'gemən meɑ̃ ˌsɛjzɑrtasɛj'zy:gən ze ʁe sɑ̃ kaʁɑ̃n nɔ̃ kə pʁɑ ag ə e'gi:le na kə mɛ do̞w mɛ 'we:ən a 'kiʃən a hɑ:z wa ɛd waʁ 'we:ən pe wa ɛt kweh 'nœ:he wa ko'mɑ̃sət to̞:ʁ i vɑɹw a na 'lɑ: a na e:m ə 'lu:aʁn də 'we̞:ləd ə 'nɛʎət 'nɛʎət hɑ:s pe wa ɑj kweh na 'lɑ:ʁət 'ɑ̃mzəʁ pœz meɑ̃ də 'hɔʁtoz ɑ̃w də 'diskwɛl nɛj dax na 'tɑpəd 'gu:de e'gi:le na bɛʁn tɾykʃo a tut tut tud 'wɑ:ʁe o̞:ʁ a tut 'dizʁɛiñ a 'bopə na 'tɑpə hɑ:z neɑ̃]

Comme autrefois avec les contes des anciens quoi, on parlait du renard et alors du chat, une fois un renard était à compter qu'il avait cent quarante-sept tours, que disait je ne sais qui, le chat n'en avait que deux, mais le renard avait attrapé le chat et le chat lui avait dit « xxx (?) dit-il, vous avez, dit-il, je ne sais combien, dit-il, cent quarante tours », ça faisait cent quarante je ne sais quoi et euh… l'autre n'en avait que deux, mais il y avait un arbre à côté et le chat était allé dans l'arbre, quand il était arrivé en haut il avait commencé à faire sa toilette et il avait di… et le renard voulait voir le deuxième, le deuxième [tour], le chat puisqu'il était en haut avait dit « vous avez le temps pour que je vous le montre », il l'avait berné et pourtant l'autre avait plein de trucs, et il savait tout tout tout faire et tout contourner, et toujours est-il que le chat l'avait berné.

An hini gozh en tribunal

An hini gozh a oa aet da dremen en tribunal hag eu… boñ, pa oa aet da welet ar juj, ha 'na lâret dezhi kwa, an hini gozh pa xxx (?), ha sur pa 'da klevet a-berzh-mat kwa, hag ar juj 'na lâret dezhi penaos e oa ret dezhi gwelet, « ah nann ! », neuze ya, ha lâret dezhi « koll oc'h peogwir 'peus ket gwelet », met an hini gozh en ur digoriñ 'da lesket ur pezh bramm, ale ! e oa komañset neuze eu… n'onn sort da… d'ober trouz hag an hini gozh pa oa krog 'ba an nor « met gwelet 'peus eme an hini gozh » « 'meus ket eme… met gant… gant an drouz emezañ hag ar c'hwezh war-lerc'h ? » « na servij ket deoc'h aotrou eme an hini gozh, ret eo gwelet ! »

[n:i go:z wa ɛt də 'dɾemɛn tɾi'by:nal ag ə bɔ̃ pe wa ɛt tə 'we̞:lə ʒy:ʒ a na 'lɑ:ʁt tɛj kwa n:i go:z pa ? a zy:ɹ pe da 'klɛwət bœʁz'mɑ:t kwa a ʒy:ʒ na 'lɑ:ʁət tɛj pə'nɔ̃:z wa ʁɛt tɛj 'gwe̞:lət a nɑ̃n 'nœ:he ja a 'lɑ:ʁət tɛj - kɔl ɔh py'gy:ʁ pœs kə 'gwe̞:lət mɛ n:i go:z nɔ̃n 'djo̞:ʁĩ no:ɹ da 'lɛskəd əʁ pez vʁo̞m 'ɑ:le wa ko'mɑ̃səd 'nœ:he ə nɔ̃m sɔʁd də 'do̞:bɛʁ tɾu:s a n:i go:z pe wa kʁo̞:g ba no:ʁ - mɛ 'gwe̞:lɛ pœz me n:i go:z - mœs kə me mɛ gɑ̃n gɑ̃n dɾu:z meɑ̃ a hwe:s so waʁ'lɛʁh - zɛʁ'viʃkə dah 'o̞tɾo me n:i go:z ʁɛd e̞ 'gwe̞:lət]

La vieille était allée passer au tribunal et euh… bon, quand elle était allée voir le juge, et il lui avait dit quoi, la vieille quand xxx (?), et sûr puisqu'elle l'avait entendu de source sûre quoi, et le juge lui avait dit qu'il fallait voir, « ah non ! », et alors oui, et il lui dit « vous êtes perdante puisque vous n'avez pas vu », mais la vieille en ouvrant la porte avait laissé un gros pet, allez ! je ne sais qui avait commencé à gueuler et la vieille quand elle avait saisi la porte « mais vous avez vu dit la vieille ? » « non, dit… mais avec… avec le bruit et l'odeur après » « ça ne vous sert à rien monsieur, dit la vieille, il faut voir ! »