krampouz mouzig

La langue bretonne
Julien
Messages : 224
Inscription : 08 février 2014, 12:51

krampouz mouzig

Message par Julien »

Lakaet meus aze dindan ar pezh 'ma goûlet gant Jean ur wech...
J. ar C'hozh 02/12/2015 a écrit : 
N'eo ket digouezhet din klevet lâret "krampouz mouzig" met "tulev" [ˈdylɛ] meus klevet. Petra 'sinifi "mouzig" a-benn ar fin ? Bouderie pe musique ?
 
Sellit aze ar pezh meus kavet e-mesk ho draoù hag an traoù Daniel Giraudon :
Du café vous aurez ?, Jean Le Dû, Éditions Armeline, 2002, p.78,79 a écrit : Crampouz mouzic, krampouz mouzic, n. m.
Ombilic de Vénus.
 
Usuel dans les Côtes-d'Armor et le Finistère.
 
Ces mots bretons signifient littéralement "crêpes à musique ", car on se sert de la pellicule de cette plante, tendue entre les deux pouces, pour siffler. Cette même peau servait aussi de cataplasme pour les coupures. 
Le trégorrois à Plougrescant, Jean Le Dû, Dictionnaire breton-français, Emgleo Breiz, 2012, p.376 a écrit :
mouzañ mouzã v. (mouz-) bouder.
e vouzã mã aé ! elle boude encore !

mouzer mouzer n. m. boudeur.

mouzerez mouzérez n. f., pl. mouzérézed boudeuse.
 
mouzik mouzik n. m. musique, seulement dans déh wa vêll kãnã mouzig e Ròh hier, ça a marché comme sur des roulettes (litt. ‘comme chanter de la musique à la Roche-Derrien’).

mouzik mouziķ n. seulement dans mõnn d’en toull mouziķ aller bouder (litt. ‘aller au trou de bouderie’).
Du chêne au roseau, Daniel Giraudon, Yoran Embanner, 2010, p.150 a écrit : " […] cette feuille ronde crénelée, bien grasse, était trop semblable à un aliment de base en Bretagne pour ne pas lui faire porter ces noms de galette chez les gallésants, voire de potirons, et surtout de krampouezh-mouzhig, chez les bretonnants. On notera la concordance culinaire entre les deux parties de la Bretagne : la galette d'un côté et la crêpe, krampouezh, de l'autre.
 
Quelle est l'origine du deuxième terme breton : mouzhig ? On connaît le verbe mouzhat, qui signifie bouder. Une façon de faire enrager un camarade dans les écoles de Basse-Bretagne consistait à lui chantonner quand il se montrait boudeur :
 
Mouzhat, divouzhat
Krampouezh-mouzhig, kaoc'h gad !

Boude, déride-toi,
Nombril boudeur (de Vénus), merde de lièvre !

 
Au petit boudeur de Plouigneau, on disait :
 
Kae da zebriñ krampouezh mouzhig !
Va manger les crêpes du petit boudeur !
 
Le rapport entre la bouderie et la crêpe pourrait aussi être expliqué par la sorte d'entonnoir au milieu de la galette. C'est ce qui pourrait expliquer cette variante : krampouezh-mouzhet, crêpes renfrognées.
 
Nous ne suivrons pas bien sûr, Cambry, lorsqu'il traduit crampoës mouzec, par crêpe moisie, comme il l'écrit dans son Voyage dans le Finistère, même si le deuxième terme breton est proche du français.
J. an Du 03/12/2015 a écrit : Da lared ar wirione, n'ouzon ked. Ordinal meus kaved diez kredin e vefe deud mouzig diwar muzi, rag n'eus skwer all bed deuz se (u > ou)... Med diwar mouzan eo diez kredin ive, setu ne vi ked muoh avansed gand ma respont !
Pa jonzan e kavan eur skwer all koulskoude : eur maro zoubid 'une mort subite'. Marteze eo uzik memes tra…
Répondre